Le projet :

Le projet “le Foyer de la sororité” se déroule dans un foyer de l’enfance du 19ème dans lequel habitent 26 jeunes filles et 26 jeunes garçons de 6 à 17 ans. Ce projet est composé de plusieurs missions. Une mission d’aide au devoir, la mise en place d’une activité culturelle mensuelle, et la mise en place d’une baby feministhèque.

Pourquoi ce projet :

Le foyer de la Villette loge 52 jeunes dont 26 jeunes filles ayant entre 6 à 17 ans. Ces jeunes filles font face à des difficultés scolaires en raison de leur difficile situation sociale et familiale. Le placement en foyer influe sur la scolarité des ces jeunes. A 15 ans, les enfants placés sont trois fois plus nombreux à être en situation de déscolarisation que les autres adolescents de leur âge. À l’âge d’entrer au collège, deux tiers sont en retard d’au moins une année. À 11 ans, âge théorique du passage en sixième, seulement 33,9 % des enfants sont dans une classe du second degré, comparés aux 79,6 % en population générale. Et, arrivé au lycée, ils ont plus tendance à se diriger vers l'enseignement professionnel que la moyenne des jeunes de leur âge : À 15 ans, seulement 5,3 % des adolescents placés suivent un second cycle général ou technologique, alors que cette filière est celle de 49,0 % de l’ensemble des adolescents de 15 ans. Cette situation de difficulté scolaire, voir de déscolarisation, préexiste souvent au placement (mal-logement, surpeuplement, maltraitance...). À l’âge de 16 ans (fin de l’obligation scolaire), 15,8 % ne sont plus scolarisés, contre 5,8 % de l’ensemble des jeunes du même âge. À l’âge de 17 ans, ils sont 22,0 % contre 9,6 %. Les jeunes se dirigent plus vers un enseignement professionnel court pour plusieurs raisons.

Tout d’abord les difficiles situations sociales et familiales entraînent des difficultés d'apprentissage et augmente les risques d’échec scolaire. Par ailleurs, ces jeunes sont peu accompagnés, et peu pousser vers les études longues. Enfin, à 18 ans, les jeunes doivent quitter le foyer, au risque de se retrouver à la rue, faire des études courtes permet donc de se tourner plus facilement vers le marché du travail. La limite d'âge pour bénéficier de l’aide sociale à l’enfance est donc une très forte incitation à l’orientation vers des études courtes.

L'aide au devoir :

La grande majorité des jeunes filles vivant dans le foyer sont scolarisées (de la primaire au lycée). Cependant, leur réussite scolaire est souvent entravée par de difficiles conditions de vie étant donné leurs bagages sociaux et familiaux. Ces élèves ne reçoivent pas de suivi particulier au sein de leurs établissements, ou en dehors, se retrouvant ainsi seul.e.s pour faire leurs devoirs par exemple. C’est pourquoi nous souhaitons leur proposer des cours de soutien scolaire et d’aide aux devoirs, tous les soirs de la semaine, du lundi au jeudi, en fin de journée.

La baby-féministhèque :

Parce que la culture ne devrait pas être accessible qu'aux personnes de classes dominantes, et que les jeunes des foyers devraient aussi avoir accès à des livres de qualité, nous avons décidé de créer une baby-féministhèque dans le foyer. L'objectif est de rendre accessible des livres sur la situation des femmes en France ou dans le monde, de leur fournir des livres pédagogiques non-sexistes, non-racistes, non-homophobes et accessible à leur tranche d'âge. Cette baby-féministhèque sera créé par l’équipe de la féministhèque.