Quel bilan pour les Mutilations génitales féminines ?

Quel bilan pour les Mutilations génitales féminines ?
“Environ toutes les dix secondes, une fille est maintenue au sol quelque part dans le monde. Ses jambes sont écartées, et une femme sans formation médicale sort un couteau ou une lame de rasoir et lui tranche une partie, voir l’intégralité, des organes génitaux externes. Le plus souvent sans aucune anesthésie”(1) 

Aujourd’hui, comme chaque 6 février se tient la journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines (MGF). Cette journée est l’occasion de remettre le problème des mutilations génitales féminines sur le devant de la scène mondiale.

Read More

L'avortement en Irlande du Nord - Ni un progrès, ni un recul

L'avortement en Irlande du Nord - Ni un progrès, ni un recul

Le 28 septembre dernier, c’était la journée mondiale pour le droit à l’avortement. La 4ème marche annuelle dans les rues de Dublin en faveur de la légalisation de l’avortement de milliers de personnes, réunies sous la bannière du hashtag #RepealThe8th, nous rappelle que ce droit, même au sein de l’Union Européenne est loin d’être acquis pour les femmes irlandaises. C’est pour nous l’occasion de revenir sur l’état actuel de la législation irlandaise, qui fait heureusement débat à sept mois des élections législatives, et de rappeler les drames humains qui se perpétuent.

Read More

FOCUS 1 : Prostitution et esclavage sexuel en Asie

FOCUS 1 : Prostitution et esclavage sexuel en Asie

« J'avais huit ou neuf ans quand les trafiquants m'ont kidnappée. » Meena vient d'une famille pauvre de la frontière népalaise. Elle fut achetée puis conduite dans une maison de campagne jusqu'à ce qu'elle soit suffisamment mûre pour attirer les clients. À 12 ans, six mois avant ses premières règles, on la transféra dans un bordel. « Je me suis débattue et j'ai crié pour qu'il n'arrive pas à ses fins, poursuit Meena, j'ai tellement résisté qu'ils ont dû lui rendre son argent. Ils m'ont battu impitoyablement à coups de ceinture de bâton, de barre de fer, c'était épouvantable. Mais je n'ai pas cédé (…). Ils ont fini par me droguer, ils ont mis du vin dans mon verre et m'ont complètement enivrée ». Ensuite un des propriétaires du bordel l'a violé. Lorsqu'elle se réveille, nauséeuse et endolorie, elle comprend ce qui s'est passé, « maintenant je suis fichue ».

Read More