Le SOUDAN DU SUD

L'histoire du Soudan du Sud

La plupart des Soudanais du Sud n'ont jamais connu la paix dans leur pays. Depuis son indépendance en 1954, le pays a été quasi continuellement enlisé dans une des plus longues guerres civiles que le continent n'ait jamais connu. Les femmes ont horriblement souffert d'abus. 2 millions d'entre elles ont été violées, 4 millions déplacées et des centaines de milliers vivent dans des camps de réfugiés. Les femmes sont souvent violées par des gangs, les garçons sont kidnappés pour devenir soldats et les jeunes filles sont prises comme esclaves sexuelles. En 2011 le Soudan a voté presque unanimement la cession avec le nord et les nations étrangères mais sa situation ne s'est pas améliorée pour autant.

Depuis 1983 cette guerre a ôté la vie à plus de 300 000 personnes et en a déplacé 560 000
WfWi
a ouvert un bureau dans le pays en 2006


L'histoire de Régina : 

Depuis quelle a rejoint WfWi, Régina a travaillé pour améliorer la santé de sa communauté.
Elle s'est mariée en 1980 et a eu deux filles. Son mari est mort et, peu de temps après sa mort, la famille de celui-ci l'a chassé de la maison. Ils n'ont d'ailleurs pas permis que les enfants héritent de sa propriété. Elle s'est finalement remarié, elle a eu un fils et trois filles. Cependant elle est devenus malheureuse et a décidée de quitter son mari. «J'ai réalisé qu'il n'était pas encourageant, alors je l'ai quitté et je suis retournée vivre avec mon frère. J'ai essayé d’être dépendante de mon mari»
Régina s'est inscrite dans le programme en Avril 2013 et n'en a pas seulement profité personnellement mais a aidé à faire d'importants changements dans sa communauté.
«Les leçons de santé et de bien être m'ont ouvert les yeux sur l'importance de se garder en bonne santé. Avant l’entraînement je n'était pas consciente de l’hygiène de base et je rinçais rapidement les ustensiles avant de servir à manger. J'ai réalisé que c'était un risque pour ma famille.  » 
Regina est devenue le leader de sa communauté et ses actions continuent d'avoir effet sur les autres femmes et familles de sa communauté.