Lutter contre le manspreading ou comment faire de l’espace public un lieu plus égalitaire

Popularisé dans les journaux et récemment pris en charge par nos politiques, vous l’avez certainement vécu dans les transports publics : un empiètement masculin au-delà de leur propre siège pour envahir le vôtre sans la moindre gêne. Oui, oui on parle bien du manspreading.

 

Mais comment définir exactement ce terme ?

Le manspreading (de « to spread », écarter) est généralisé en 2014 par une campagne lancée dans le métro new-yorkais avec des slogans tels que «Dude stop the spread » (« Mec, arrête de t’étaler »). Il désigne un « comportement masculin consistant à s’asseoir en écartant excessivement les jambes, ou plus généralement, à prendre trop de place dans les transports ».  

Même si cette pratique n’est pas généralisée, elle est facilement reconnaissable pour celles l’ayant vécue comme une expérience désagréable car elle oblige les femmes à s’asseoir de manière tout à fait inconfortable et à subir une proximité forcée de la part du voisin masculin. Il est particulièrement difficile d’élever la voix face à ce problème car il est toujours délicat de demander à quelqu’un de fermer ses jambes soit par manque de prise au sérieux soit même par crainte d’une agression.

Mais la lutte contre le manspreading s’inscrit dans une logique d’un partage plus égalitaire de l’espace public et rappelle aux hommes que celui-ci est pour tout le monde. Et pour couper court aux critiques : non, il ne s'agit pas d'une nouvelle lubie féministe et non on ne peut pas parler de humanspread car le manspreading représente une forme de domination masculine insidieuse dont les enjeux ne sont pas toujours bien compris.

 

De quoi parle-t-on vraiment ?

Certains chercheurs et urbanistes soucieux d’un meilleur partage de l’espace public ont mis en exergue nombreuses défaillances dans l’aménagement des territoires et des politiques d’urbanisme. En effet, ces derniers favorisent le sexisme et l’insécurité pour les femmes (trottoirs trop étroits, manque de lumière le soir ou métro bondés qui favorisent harcèlement sexuel et la domination masculine). Il est évident que pour lutter contre cette domination masculine dans l’espace public, il ne s’agit pas uniquement de miser sur des politiques de réaménagements du territoire mais surtout sur l’éducation pour qu’un véritable changement des mentalités puisse s’opérer efficacement. Une éducation, bien sûr, débarrassée de préjugés et de stéréotypes et qui remettrait en question les normes adoptées par chaque sexe dès le plus jeune âge et qui entrainent en toute inconscience une inégalité entre les genres.

Une fille ne croise pas ses jambes de manière complètement naturelle de la même manière qu’un garçon n’écarte pas ses jambes juste pour le confort de son entrejambe : le manspreading est plutôt une des nombreuses caractéristiques « de la virilité occidentale, à la manière du cow-boy qui descend de cheval et reste jambes écartées » (étude de la sociologue Colette Guillaumin sur la question des positions des hommes et des femmes dans l’espace collectif, 1970).

Il est donc urgent que les mentalités et les comportements changent, ceci en cessant d’apprendre aux garçons de s’imposer et aux filles de se soumettre  à une discrétion, à une posture plus « élégante », plus « féminine ».  

 Le message a été entendu du côté des politiques en France et en Espagne. Le 4 Juillet dernier, le Conseil de Paris a voté une incitation auprès des dirigeants de la RATP, du Stif et de la SNCF, en faveur d’une sensibilisation au manspreading. La mairie de Madrid, a elle, une longueur d’avance, en ayant fait installer des panneaux interdisant cette pratique dans les métros de la ville.

 

16115268.JPG

En attendant, des mouvements féministes ont déjà pris le devant, en sensibilisant avec humour les passagers, comme les slogans du collectif Osez le féminisme et sa campagne «Take back the metro »  ou la création du Tumblr américain « Men taking too much space on the train ». A voir absolument ici !
 

Ecriture et Recherche : Lina Sibi

 

Sources :

http://abonnes.lemonde.fr/big-browser/article/2017/07/06/comment-le-manspreading-est-devenu-un-objet-de-lutte-feministe_5156949_4832693.html?xtmc=manspreading&xtcr=2

https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2017/06/10/please-stop-manspreading-on-public-transportation-madrid-officials-say/?utm_term=.360c5fbfd9f0

https://www.toutestpolitique.fr/2017/06/16/manspreading-harcelement-rue/

http://osezlefeminisme.fr/take-back-the-metro/