Journée des droits des femmes : éléments historiques et perspectives

JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES : GENESE ET HISTOIRE

Aujourd’hui comme chaque 8 mars nous célébrons la Journée internationale des droits des femmes.

Cette journée est issue de l'histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain. Le 28 février 1909, une Journée nationale de la femme (National Woman's Day) est célébrée aux États-Unis à l'appel du Parti socialiste d'Amérique. À la suite d'une proposition de Clara Zetkin, figure historique du féminisme socialiste, en août 1910, l'Internationale socialiste des femmes célèbre le 19 mars 1911 la première Journée internationale des femmes et revendique le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. [Des rassemblements et manifestations ont dès lors lieu tous les ans.

Ce n'est qu'en 1977 que les Nations unies officialisent la journée, invitant tous les pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

 La Journée internationale pour les droits des femmes fait partie des 87 journées internationales reconnues ou initiées par l'ONU. C’est une journée de manifestations dans plusieurs pays du monde: c’est notamment  l’occasion de revendiquer l'égalité entre les sexes et de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Habituellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire écouter leurs voix et leurs revendications, améliorer la condition féminine mais aussi pour  fêter les victoires et les avancées.

Depuis ces premières années, la Journée internationale de la femme a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique.

En France, la « Journée des femmes » est officialisée en 1982.

Le gouvernement socialiste français (avec Pierre Mauroy et Yvette Roudy) instaure le caractère officiel de la célébration de la « Journée de la femme » le 8 mars et en fait une célébration pour les droits des femmes.

À l’initiative du tout nouveau ministère des Droits des Femmes, va se dérouler en France un nombre considérable de cérémonies, toutes destinées à glorifier, revaloriser l’importance du rôle des femmes dans la société française.

Cette première célébration de la « Journée des Femmes » se veut voyante : discours présidentiel le 8 mars 1982, exposition « 60 femmes qui ont marqué l’histoire du féminisme », états généraux contre la misogynie à La Sorbonne, manifestation du Mouvement de Libération des Femmes (MLF)...

 

HISTORIQUE DES DROITS DES FEMMES

En France il existe plusieurs dates clés en ce qui concerne les droits des femmes, sur les deux derniers siècles nous avons connu des évolutions majeures[1]:

1791 : Olympe de Gouges rédige la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ».

Marie Gouze, dite Olympe de Gouges est née le 7 mai 1748 et est morte guillotinée à Paris le 3 novembre 1793. C’était une femme de lettres française, devenue femme politique. Elle était est toujours considérée comme une des pionnières du féminisme français.

Auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle a laissé de nombreux écrits en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l’abolition de l’esclavage des hommes noirs. Elle est souvent prise pour emblème par les mouvements pour la libération des femmes.

1792 : La loi permet le divorce par consentement mutuel.

1804 : Le code civil prévoit que : « le mari doit protection à la femme, la femme doit obéissance à son mari ».

1850 : Création obligatoire d’écoles de filles dans les communes de 800 habitants (loi Falloux).

1876 : Hubertine Auclert fonde la société Le droit des femmes qui soutient le droit de vote pour les femmes.

Hubertine Auclert est née le 10 avril 1848 et morte le 8 avril 1914, c’était une militante féministe française en faveur du droit des femmes à l'éligibilité et du droit de vote des femmes.

Elle avait choisi de se mobiliser pour une cause: la conquête de la liberté pour les femmes par la révision des lois du code Napoléon. Son combat était motivé comme suit : « Je suis presque de naissance une révoltée contre l'écrasement féminin, tant la brutalité de l'homme envers la femme, dont mon enfance avait été épouvantée, m'a de bonne heure déterminée à revendiquer pour mon sexe l'indépendance et la considération ».

1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de physique.

Marie-Curie est née le 7 novembre 1867 à Varsovie, au sein du Royaume du Congrès (actuelle Pologne) et morte le 4 juillet 1934. C’était une physicienne et chimiste polonaise, naturalisée française. Pierre Curie (son époux) et Marie Curie ont reçu une moitié du prix Nobel de physique de 1903 pour leurs recherches sur les radiations. En 1911, elle obtient le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle est la première femme à avoir reçu le prix Nobel, et à ce jour la seule femme à en avoir reçu deux. Elle reste à ce jour le seul lauréat à avoir été récompensé dans deux domaines scientifiques distincts. Elle est également la première femme lauréate en 1903, avec son mari, de la médaille Davy pour ses travaux sur le radium.

1920 : La loi assimile la contraception à l’avortement qui est considéré comme un crime.

1924 : Uniformisation des programmes scolaires masculins et féminins et création d’un baccalauréat unique.

1938 : Suppressions de l’incapacité juridique de la femme mariée.

1944 : Droit de vote et d’éligibilité pour les femmes.

1946 : Suppression de la notion de « salaire féminin ».

1956 : Fondation de « la maternité heureuse » qui devient en 1960 Mouvement Français pour le Planning Familial.

1965 : Les femmes mariées peuvent exercer une profession sans l’autorisation de leur mari.

1967 : Loi Neuwirth qui autorise la contraception.

1970 : L’autorité parentale remplace la puissance paternelle.

1972 : - Reconnaissance du principe « à travail égal, salaire égal ».
        - L’école polytechnique devient mixte : 8 femmes sont reçues

1974 : Françoise Giroud première secrétaire d’état à la condition féminine.

1975 : - Loi Veil pour l’Interruption Volontaire de Grossesse - IVG

        - Réintroduction dans la loi du divorce par consentement mutuel

1976 : La mixité devient obligatoire pour tous les établissements scolaires publics.

1980 : Marguerite Yourcenar est la première femme élue à l’Académie française.

1981 : Yvette Roudy est ministre déléguée des droits de la femme.

© Frédéric Stucin

Yvette Roudy est née le 10 avril 1929 est une femme politique française ayant soutenu la cause féministe. Membre du Parti socialiste (PS), elle a entre autre été ministre des Droits de la femme entre 1981 et 1986. Féministe et signataire du Manifeste des 343[2], elle est à l'origine de deux célèbres lois: la loi Roudy pour l'IVG, loi sur le remboursement de l'IVG et la loi Roudy pour la parité, loi sur « l'égalité de l'homme et de la femme qui travaillent en entreprise».

1982 : L'IVG est remboursée par la Sécurité sociale.

1983 : Loi Roudy pose le principe de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

1984 : Le congé parental est ouvert à chacun des parents.

1991 : Édith cresson est la première femme premier ministre.

1993 : - La loi du 8 janvier affirme le principe de l'exercice conjoint de l'autorité parentale à l'égard de tous les enfants, quelle que soit la situation des parents (mariés, concubins, divorcés, séparés).

      - Loi Neiertz : condamnation de l’entrave à l’IVG

1999 : Création du PACS (pacte civil de solidarité).

2000 : Mise en œuvre d’une politique globale d’égalité des chances dans le système éducatif.

Condamnation de l'entrave à l'IVG.

2000 : Promulgation de la première loi sur la parité politique.

2001 : Augmentation du délai égal de l’IVG de 10 à 12 semaines.

2002 : - Création du congé de paternité
     - Reconnaissance de l’autorité parentale conjointe, garde alternée et coparentalité
     - L’enfant peut porter le nom de ses deux parents

2003 : Loi instaurant la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE).

2004 : La loi du 26 mai relative au divorce introduit la procédure d'éviction du conjoint violent.

2005 : La loi du 12 décembre relative au traitement de la récidive des infractions pénales donne la possibilité au juge pénal d'ordonner à l'auteur de violences de résider hors du domicile ou de la résidence du couple.

2006 : - Loi du 4 avril renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs ajout le partenaire "pacsé" et les "ex" au titre des circonstances aggravantes.

    - Introduction de la notion de respect dans les obligations du mariage
    - Alignement de l’âge légal du mariage pour les garçons et les filles à 18 ans
    - Loi relative à l'égalité salariale entre les femmes et les hommes.

2008 : - Inscription dans la Constitution de « l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales ».
    - Les femmes représentent 47.6 % de la population active, 57,2 % des bénéficiaires du minimum vieillesse sont des femmes. Parmi les travailleurs à temps partiel 82 % sont des femmes.

2010 : Vote de la loi relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants : création de l’ordonnance de protection des victimes et du délit de harcèlement moral au sein du couple.

2012 : Vote de la Loi n° 2012-954 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel.

 

LE 8 MARS EN France

Cette année comme toutes les autres il y a beaucoup d’évènements organisés autour du thème des droits des femmes.  C’est aussi l’occasion pour les différentes Organisations Non Gouvernementales et autres associations de se mobiliser.

C’est le cas de l’ONG CARE France[3] qui comme chaque année se mobilise pour les droits des femmes. Cette année Caroline de Maigret et Yarol Poupaud prennent le relais de Vincent Cassel et Léa Seydoux en tant qu'ambassadeurs de cette campagne : « Le pouvoir des femmes est aussi une affaire d'homme ». CARE France veut également créer une mobilisation en ligne, l’ONG appelle à se mobiliser à travers une pétition en ligne et une campagne sur les réseaux sociaux marquée du hashtag #LePouvoirDesFemmes.

Pour soutenir l’action de CARE France, signez leur pétition en faveur des droits des femmes.

Une affiche de la campagne de l’ONG CARE France avec le musicien Yarol Poupaud et le mannequin Caroline de Maigret.

Ce dimanche 6 mars, les féministes du collectif du Collectif 8 mars pour tou.te.s[4] ont manifesté  dans les rues de Paris à l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes. En 2015, elles étaient 6000, soit plus du double de l’année 2014.

Il y a plus que des manifestations autour de la journée du 8 mars, vous pouvez également découvrir tout le programme du Festival Féministe Paris 2016.

Des manifestantes du Collectif 8 mars pour tou.te.s le 8 mars 2015

 

L’ORGANISATION DES NATION UNIES ET LA JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES

Cette année pour la « Journée de la femme » l’Organisation des Nations Unies a choisi pour thème :

« La parité en 2030 : avancer plus vite vers l'égalité des sexes !»[5]

Ce thème met l’accent sur les moyens d'accélérer le programme de développement durable à l’horizon 2030 et sur la mise en place d’un élan pour la mise en œuvre effective des nouveaux objectifs de développement durable, en particulier l’objectif 5 sur l’égalité entre les sexes et l’objectif 4 sur l’éducation de qualité pour tous. Il s’agit aussi de mettre en lumière l’initiative « Pour un monde 50-50 en 2030 » d’ONU Femmes, ainsi que d’autres engagements en faveur de l’égalité entre les sexes, les droits des femmes et ce qui permet de favoriser leur autonomie.

Les cibles clefs du programme de développement durable à l’horizon 2030 :

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, qui débouche sur un apprentissage véritablement utile, conformément à l’objectif de développement durable.

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire.

Mettre fin, dans le monde entier, à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles.

Éliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violence faite aux femmes et aux filles, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et d’autres types d’exploitation.

Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine.[6]

 

DES PROGRES INSUFFISANTS

Même si durant les deux derniers siècles nous avons connu une évolution des droits des femmes, il reste encore beaucoup à faire. De plus nous ne devons jamais prendre ces droits pour acquis, ils peuvent toujours être remis en cause comme c’est le cas dans certains pays. L’égalité entre les sexes n’est toujours pas atteinte. Les femmes souffrent encore de différents types d’inégalités mais aussi de différents types de violence[7].

Ainsi les femmes ne gagnent que 10% des revenus mondiaux alors qu’elles exercent 2/3 des revenus travaillés et 1 femme sur 3 est victime de violence au cours de sa vie.[8]

MOBILISEZ-VOUS CAR LE 8 MARS C’EST TOUS LES JOURS !

 

Recherche et écriture : ABERKANE Camélia

 

[1] http://www.infofemmes.com/v2/p/Se-documenter/Historique-du-droit-des-femmes/60

[2] « La liste des 343 Françaises qui ont eu le courage de signer le manifeste "Je me suis fait avorter" ».

[3] http://www.carefrance.org/

[4] https://www.facebook.com/Collectif8MarsPourToutes/?fref=ts

[5] http://www.un.org/fr/events/womensday/

[6] http://www.humansforwomen.org/le-blog/quel-bilan-pour-les-mgf

[7] http://www.humansforwomen.org/le-blog/les-violences-faites-aux-femmes-un-problme-qui-demeure-dactualit

[8] Source: CARE France