Post Weinstein : que reste-t-il à faire ?

  Hélàs les porcs sont nombreux, et Weinstein n’est qu’un porc parmi tant d’autres… Rappelons-nous DSK, Beaupin, Trump, Polanski…  Mais la vague de dénonciation récente déclenchée après le scandale Weinstein nous révèle l’ampleur et la gravité de ce triste phénomène.

Quels sont les faits ?                                                                                                                                                                                                                        Une centaine d’actrices accusent le célèbre producteur américain Harvey Weinstein d’agressions sexuelles, de viols et de harcèlement. Il s’ensuit une véritable mobilisation sur les réseaux sociaux avec les deux hashtag Balancetonporc et Metoo qui ont libéré la parole des femmes sur les violences qu’elles subissent au quotidien avec plus de 1.5 million de tweets.

 http://www.radionz.co.nz/national/programmes/afternoons/audio/2018618170/metoo-campaign-picking-up-pace

http://www.radionz.co.nz/national/programmes/afternoons/audio/2018618170/metoo-campaign-picking-up-pace

Cette dénonciation massive nous confronte à nos réalités : une véritable culture du viol passée sous silence et une violence machiste qui régit dans tous les milieux. De nombreux porcs et violeurs ont été balancés : Kevin Spacey, Tariq Ramadan, Ed Westwick, James Toback,etc…  dans le milieu du cinéma, de la politique, de l’art, du sport, de la religion, de l’entreprise…

Alors que de nombreuses féministes ont reporté la gravité de ces abus de pouvoir et de ces violences sexuelles depuis longtemps, il semble y avoir une véritable prise de conscience citoyenne et la honte commence à changer de camp… La colère doit maintenant se matérialiser en actes concrets et en une vraie volonté politique. Continuons de dénoncer et d’élever nos voix contre ce système d’injustice pour changer les lois et surtout les mentalités.

Le chemin paraît encore bien long. « Pourquoi la victime n’a-t-elle pas dénoncée son agresseur après les faits ? », « Pourquoi n’a-t-elle pas redoublé de vigilance face à un potentiel porc ? », « Pourquoi est-elle montée dans sa chambre ? » sont des phrases qui reviennent encore très souvent. Il est temps de retourner la situation et de se demander « Pourquoi l’agresseur a le droit de violer en toute impunité ? », « Pourquoi les femmes doivent être en méfiance permanente ? », « Pourquoi n’encourage-t-on pas la dénonciation des victimes ? »

                       « Une femme n’est jamais responsable des violences qu’elle subit, jamais », Caroline de Haas

Le phénomène de sidération, de mémoire traumatique pendant et après une agression sexuelle commence à peine à être expliquer et il s’agirait enfin de former tous les professionnels de santé, de la police, de la justice et plus globalement l’ensemble des citoyens pour comprendre les raisons du silence post-viol. Au-delà de ce mécanisme d’instinct de survie du corps, les raisons de non dénonciation sont nombreuses : peur de perdre son travail, peur de ne pas être prise au sérieux, honte… et s’inscrivent dans un sexisme intériorisé de tous. C’est contre tout un système que nous devons lutter.

                    Mais... Où démarrer ?

Commençons par créer un environnement favorable à la libération de la parole des victimes. La lettre ouverte « Le plan d’urgence contre les violences sexuelles » signée par de nombreuses personnalités féministes pour interpeller le président sur des mesures concrètes à mettre en place parait être un bon début : augmenter les subventions aux associations qui accompagnent les victimes, former les professionnels en contact des victimes ainsi que les salariés, lancer une campagne nationale de prévention contre les violences sexuelles,...                                                                De même, la nouvelle proposition de loi contre les violences sexuelles de Marlène Schiappa est une bonne initiative : allongement du délai de prescription, augmenter de l’âge du consentement pour une meilleure criminalisation des viols sur mineurs, lutte contre le harcèlement de rue. Même si la proposition reste incomplète : pas de définition claire du consentement, loi sur le viol inchangée depuis 40 ans, rien sur le monde l’entreprise, etc. (A ce propos, vous pouvez contribuer à l'amélioration de cette loi avec le tour de France de l'Egalité : http://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/franceegalite/)                                                                                                                                                                                                          La féminisation des métiers de la police et du milieu judiciaire est également indispensable pour mettre fin à la minimisation des violences et à la complicité masculine qui peut régner au sein de ces institutions.

Enfin, au-delà de la volonté politique et de la libération de la parole, il est urgent d’éduquer et de changer les mentalités afin de faire tomber tous les rouages du sexisme : écriture inclusive, éducation non genrée, parité dans les sphères de décision, meilleure représentation des femmes dans les médias, la politique, les milieux de pouvoirs, le cinéma, la publicité…

Capture.PNG

Dénonçons et agissons pour une égalité totale entre tous les hommes et toutes les femmes, pour que ces violences envers les femmes ne restent plus impunies et réduites au silence.

                          “ La violence n'est pas innée chez l'homme. Elle s'acquiert par l'éducation et la pratique sociale.” Françoise Héritier

#Metoo

Recherche et écriture :  Lina Sibi

 

Pour aller plus loin

  • ·         Sur les viols d’Harvey Weinstein :

http://www.lemonde.fr/international/article/2017/10/24/affaires-weinstein-la-liste-des-victimes-s-allonge-plusieurs-enquetes-sont-ouvertes_5205420_3210.html

http://abonnes.lemonde.fr/big-browser/article/2017/10/12/affaire-harvey-weinstein-ou-sont-les-hommes_5200109_4832693.html

  • Sur les viols d’Ed Westwick :

http://www.leparisien.fr/laparisienne/actualites/people/ed-westwick-accuse-de-viol-il-dit-cooperer-avec-la-police-pour-laver-son-nom-10-11-2017-7385538.php

  • Sur les viols de Tariq Ramadan :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/10/27/une-deuxieme-plainte-pour-viol-deposee-contre-tariq-ramadan_5207056_3224.html

http://www.lepoint.fr/medias/la-tribune-de-geneve-accuse-tariq-ramadan-d-avoir-couche-avec-des-mineures-04-11-2017-2169840_260.php?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter&link_time=1509814499#xtor=CS1-32-[Echobox

  • ·         Témoignage d’Henda Ayari sur l’affaire Ramadan :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/tariq-ramadan-accuse-de-viol-henda-ayari-une-des-victimes-presumees-se-confie-30-10-2017-7362729.php

  • ·      Agression sexuelle d’Aly Raisman, athlète gymnaste :

http://www.lemonde.fr/gymnastique/article/2017/11/10/la-gymnaste-aly-raisman-affirme-avoir-ete-agressee-sexuellement_5213379_1616630.html

  • ·         Lettre de 7000 femmes du monde de l’art sur le harcèlement sexuel, « Not surprised » :

https://www.lexpress.fr/culture/harcelement-sexuel-7000-femmes-du-monde-de-l-art-signent-une-lettre-ouverte_1956439.html

  • ·         Dénonciation de harcèlement sexuel au sein de la classe politique britannique :

https://www.letemps.ch/monde/2017/11/02/harcelement-sexuel-une-cascade-daccusations-secoue-classe-politique-britannique

  • ·         Sur la mémoire traumatique :

https://www.memoiretraumatique.org/psychotraumatismes/memoire-traumatique.html

  • ·         Le plan d’urgence demandé à Monsieur Macron sur les violences sexuelles :

http://www.liberation.fr/france/2017/11/05/des-personnalites-demandent-a-macron-un-plan-d-urgence-contre-les-violences-sexuelles_1607881

  • ·         Nouvelle proposition de loi de Marlène Schiappa de lutte contre les violences sexuelles pour  2018 :

http://www.francetvinfo.fr/societe/droits-des-femmes/violences-sexuelles-marlene-schiappa-entend-presenter-un-projet-de-loi-pour-2018_2421983.html

  • ·         Failles de la proposition de loi de Marlène Schiappa :

https://www.mediapart.fr/journal/france/181017/la-future-loi-sur-les-violences-sexuelles-prend-le-risque-de-manquer-sa-cible?onglet=full